Les histoires du cinéma | 50+

Description

DateDuréeLieuCoût
11-18-25 septembre
2-9-23-30 octobre
6-13-20 novembre
9 h à 12 h
30 heures
En présence à l’UQAC | Campus principal
Local à venir
225$ plus les taxes applicables

 

Objectifs
Au terme de la formation, les participants et participantes seront en mesure de :

  • comprendre les grandes lignes de l’histoire du cinéma, son langage et sa grammaire, ses tendances et ses formes ;
  • connaître les cinéastes, mouvements, et courants clés de cette histoire ;
  • entamer, à l’aide de cette histoire, une véritable réflexion critique sur l’art cinématographique ;
  • et mieux apprécier, grâce à celui d’autrefois, le cinéma d’aujourd’hui.
Contenu
  • La préhistoire et les débuts du cinéma. Le cinéma muet. Le son.
  • L’expressionniste allemand / Le cinéma soviétique / L’impressionnisme français / L’avant-garde.
  • Le classique hollywoodien. Le système des studios. Le cinéma de genre.
  • Le réalisme / le néoréalisme italien / le cinéma vérité (direct).
  • La Nouvelle Vague. Le cinéma d’auteur et sa politique.
  • La modernité.
  • Nouvel-Hollywood / Les années 70 / Les cinémas nationaux, engagés, sociaux.
  • Année 80 / Le maniérisme / Taiwan, Hong Kong, la Chine, l’Iran et ailleurs.
  • Jusqu’à aujourd’hui. Le minimalisme. La dédramatisation. Retour du romanesque. Le « streaming ».
Clientèle visée
  • Les personnes âgées de 50 ans et plus
  • Les membres de l’Association des universitaires du troisième âge
  • Toutes les personnes curieuses et intéressées par la culture en général, et l’art et le cinéma en particulier.
Formateur
Sébastien Pilote

Sébastien Pilote, cinéaste

Sébastien Pilote est cinéaste. Son premier film, le court-métrage DUST BOWL HA! HA!, a été sélectionné en compétition au festival de Locarno et a reçu le prix du meilleur court- métrage de l’Association québécoise des critiques de cinéma. Son premier long-métrage LE VENDEUR a été présenté en compétition au festival de SUNDANCE et récipiendaire du prix de la fédération internationale de la presse cinématographique (FIPRESCI) à Turin, Mannheim et San Francisco. LE VENDEUR se voit aussi décerné au Québec le prix du meilleur film de l’année, décerné par l’Association québécoise des critiques de cinéma et le prix Gilles-Carle (meilleur premier film). Son deuxième long-métrage LE DÉMANTÈLEMENT a été présenté à Cannes à La Semaine de la Critique où il a remporté le prix du meilleur scénario (prix de la SACD). LE DÉMANTÈLEMENT a aussi remporté le prix de la fédération internationale de la presse cinématographique (FIPRESCI) au festival de Turin. LA DISPARITION DES LUCIOLES est sélectionné en compétition au festival de Karlovy Vary et sacré meilleur long métrage canadien au Festival international du film de Toronto (TIFF). En 2020, il a tourné une nouvelle adaptation du roman MARIA CHAPDELAINE de Louis Hémon.