Pour des collaborations durables entre les entrepreneurs autochtones et allochtones

La sécurisation culturelle en contexte d’affaires

GRAF_boutonWeb_Plan de travail 1   GRAF_boutonWeb_Plan de travail 1 copie

Description

C’est par la sécurisation culturelle que nous trouverons tous ensemble (allochtones et Autochtones) des solutions afin de contrer les barrières (politiques, procédures, pratiques) et ainsi adopter une approche plus culturellement adaptée tenant compte des réalités et perspectives des Premiers Peuples dans nos organisations.

C’est également sous cette approche que le développement de partenariats durables entre les entrepreneurs autochtones et allochtones est possible. Cette formation abordera plus en détail les particularités du milieu des affaires autochtones et toutes les possibilités que de telles ententes peuvent apporter.

Formule

Cette formation propose une formule hybride, en 2 étapes.

PARTIE 1 – CAPSULES À VISIONNER À VOTRE RYTHME
La sécurisation cultuelle : Ensemble pour créer des points de rencontre

La formation propose 7 capsules autoportantes de 20 à 25 minutes, sous les thèmes suivants :

  1. Que veut dire se sentir en sécurité culturellement?
  2. Connaissez-vous vraiment les Premières Nations?
  3. L’Histoire des Premières Nations
  4. La réalité sociale des Premières Nations au Québec
  5. Les enjeux et l’importance que les Premières Nations accordent au territoire
  6. Les enjeux de gouvernance des Premières Nations
  7. Créer des points de rencontre

PARTIE 2 – FORMATION EN LIGNE
Développement de partenariats durables entre les entrepreneurs autochtones et allochtones

Cette partie de la formation vise à outiller les professionnels, les gestionnaires et entrepreneurs afin de mieux intervenir et accompagner les gens des Premières Nations lors de la création de partenariats d’affaires.

Dates

2 février 2022 de 9 h à 12 h
(le visionnement des capsules doit se faire avant cette date)

Lieu

En ligne

Nombre d’heures

5,5 heures

Frais d’inscription

399$ plus les taxes applicables

Clientèle visée

Cette formation s’adresse aux propriétaires d’entreprises, aux cadres, aux gestionnaires, aux professionnels et à toute personne qui s’intéresse au développement de partenariats entre les entrepreneurs autochtones et allochtones.

Formateur et formatrices

Mélanie Paul

Présidente d’Inukshuk Synergie, coprésidente et directrice générale d’Akua Nature et co-fondatrice du Cercle Mokassin et Talons Hauts, Mélanie Paul s’implique dans le domaine des affaires depuis plus de 20 ans. Titulaire d’un baccalauréat en service social de l’Université Laval, elle fait officiellement le saut en entrepreneuriat en 2002 en se joignant à l’entreprise familiale où elle occupe différents postes. Elle a ensuite suivi plusieurs cours de gestion et de management à l’Université du Québec à Chicoutimi. En 2013, elle s’inscrit à l’École d’entrepreneurship de Beauce (EEB). En 2015, elle sera la première entrepreneure autochtone graduée d’EEB.

Mélanie Paul est une personne impliquée dans plusieurs causes sociales et entrepreneuriales. Elle est reconnue pour ses connaissances et son expérience en développement entrepreneurial des femmes autochtones, en inclusion de la main-d’œuvre autochtone au sein des entreprises québécoises et également en création de partenariats entre autochtones et allochtones.

 

Emmanuel Colomb

Professeur associé au Département des sciences humaines et membre du Laboratoire de recherche en intervention sur l’éthique professionnelle (LARIEP), chargé de cours au Département des sciences économiques et administratives depuis 2006 et à l’École nationale d’administration publique (ENAP) depuis 2020, Emmanuel intervient dans de nombreux mandats organisationnels pour la Formation continue de l’Université du Québec à Chicoutimi. Il donne des cours portant spécifiquement sur le leadership dans les groupes et les organisations, le changement organisationnel et la mobilisation des équipes de travail. Reconnu pour son dynamisme et ses approches pédagogiques novatrices intégrées à la pratique et à la culture des organisations, il relève de nombreux défis de formation et d’accompagnement que lui présente l’UQAC à travers tout le Québec.

Hélène Boivin

Mme Hélène Boivin est membre de la Première Nation des Pekuakamiulnuatsh (Montagnais du Lac-Saint-Jean). Elle a fait ses études en sciences sociales à l’UQAC. Elle a œuvré dans plusieurs domaines en milieu autochtone notamment : la santé mentale, la culture, la muséologie, les arts, l’emploi, l’environnement, le développement économique et la politique.

À l’emploi de Pekuakamiulnuatsh Takuhikan depuis 1995, elle occupe présentement le poste de coordonnatrice aux relations gouvernementales et stratégiques. Dans le cadre de ses fonctions, elle coordonne notamment le comité de coordination des projets de recherche depuis 2017. Elle est, depuis le 25 mai 2019, présidente de la Commission Tipelimitishun, commission chargée de consulter les Pekuakamiulnuatsh sur le contenu d’un projet de constitution, de rédiger un projet et de le soumettre en référendum. Très impliquée dans son milieu, elle a fait partie de plusieurs associations dont la dernière est l’association du Parc Sacré. Elle a contribué à la publication du recueil : Savoirs des Pekuakamiulnuatsh sur les plantes médicinales avec le soutien de Forêt modèle du Saguenay–Lac-Jean, paru en 2015.